Le vrai visage de mon Maître

Préliminaires :

J’arrive chez mon Maître, je suis à genoux dans le hall, il me dit de filer sur mon tapis et de me déshabiller. Je m’exécute immédiatement sans dire un mot et me retrouve très vite nu sur mon tapis à quatre pattes et bien cambré, le cul offert pour mon Maître. J’attends et j’entends mon Maître s’affairer dans l’appartement : je me demande ce qu’il a encore imaginé pour son bâtard. Il revient, m’inspecte, vérifie que je suis bien rasé, le cul bien disposé, puis il s’assoit sur le bord du lit et me demande de m’approcher.

J’effectue le déplacement à quatre pattes comme ma condition de bâtard l’exige et me trouve à genoux devant lui. Il me caresse la tête comme on le fait avec un chien bien obéissant puis me saisit les couilles et joue doucement avec; il les fait tourner dans sa main, lentement, doucement et c’est très agréable comme sensation. Puis Mon Maître me dit qu’il n’aime pas la façon donc je lui ai répondu sur notre site Internet (sur lequel on converse quand on ne se voit pas). En même qu’il me dit ça, il exerce une forte pression sur mes couilles, une douleur vive et intense monte en moi, je ne peux m’empêcher de crier, mais Mon Maître serre encore plus fort, ses doigts se resserrent sur mes boules et je sens qu’elles vont exploser. Mon Maître, en même temps qu’il me punit, me rappelle ses règles, comment il veut que je lui obéisse : je lâche des « oui Maître » entre deux cris. La pression sur mes boules est très intense, une dernière pression et mon Maître relâche son étreinte : quelle punition ! Je commence déjà à bander ; j’avoue que souvent j’ai envie de désobéir à mon Maître pour qu’il me donne une de ses corrections donc il a le secret mais je respecte trop mon Maître pour cela.

 

Le visage de la domination :

Il me demande alors de m’allonger sur le lit sur le dos ; il me rejoint, s’allonge sur moi et me dit qu’il a une surprise pour moi, mais qu’avant il avait envie de me réduire à un moins que rien et c’est dans ces moments de paroles intimes que j’aperçois le vrai dominateur qui se cache derrière mon Maître. Il me dit qu’il veut déchaîner sa colère. Tous ces mots violents me font bander ; alors je l’encourage et lui dit de se lâcher, de laisser parler la colère et la force qu’il garde en lui, de laisser la place au dominateur qu’il a en lui. Alors Mon Maître commence à me gifler violemment et je reçois rapidement trois vives claques sur la gueule, ça chauffe mais enfin quel plaisir !!! Mon Maître se lâche mais il se ravise de suite, je suis alors frustré : j’avais presque réussi à faire jaillir le vrai dominateur qui ce cache derrière lui. Mon Maître me demande ensuite quelques informations sur ma semaine passée. Il est toujours allongé sur moi et je bande toujours. Il est plus calme.

 

Travail des tétons :

Puis j’entends un bruit de porte, C’est l’ami de mon Maître qui arrive. Je me remets sur le tapis, à quatre pattes, le cul offert. Mon Maître revient avec Monsieur qui passe ses mains sur mon corps : je lui dis bonjour, il me rend mon salut en me traitant de bâtard, puis ils ressortent de la pièce. Mon Maître revient seul, dégrafe son pantalon et laisse sortit sa queue. Je le pompe : quel délice, en même temps il m’assène des coups sur les fesses avec ses mains, j’ai le cul qui commence à chauffer. Monsieur revient et mon Maître me demande de retourner sur lit sur le dos. Alors commence pour moi une fabuleuse séance de travail des seins. Tout doucement mon Maître et Monsieur me les effleurent ; je gémis je suis sensible des tétons j’aime qu’on me les travaille et ça me fait bander, aussi bien en caresse légère que quand ils sont maltraités. Le plaisir monte en moi, je bande à nouveau, je crie j’hurle de plaisir. Mon Maître s’aperçoit que je bande et commence à me branler fort, ça monte en moi, la jouissance commence à trouver son chemin. Il m’astique fort et en même temps me prévient « tu n’as pas intérêt à jouir, bâtard »… Mais comment ne pas jouir sous les va-et-vient de la main de mon Maître, qui m’astique ma queue avec une violence qui me donne envie de jouir ? Pendant ce temps-là, Monsieur me torture les seins, je gémis, je me débats je me concentre pour ne pas jouir, mais ça monte. Monsieur va alors chercher des pince à tétons très puissantes et me les pose : la douleur est vive mais quel plaisir !!! Je suis en extase totale, j’ai envie de jouir, mais je me retiens ; enfin mon Maître arrête de m’astiquer : il était temps, j’allais jouir mais c’est encore une nouvelle frustration à  accepter. Il joue avec les pinces sur mes seins il me dit « plus on les laisse et plus la douleur sera grande quand on les enlèvera » : ça me motive alors pour les garder le plus longtemps possible !!! Les pince sont reliées entre elles par une chaîne : mon Maître la saisit puis commence à tirer dessus ; je me dis qu’il va sûrement tirer d’un coup sec pour les enlever de manière violente, (comme je l’ai vu dans certain film SM) mais non, mon Maître joue avec mes tétons attachés, il tire dessus, je crie, mes seins sont allongés, il donne des petits à-coups et j’hurle à chaque tiraillement.

Mon Maître dit qu’il va m’enlever les pinces : je ne saurai dire combien de temps je les ai gardées sur moi ; il me demande de respirer bien fort et lentement, puis il enlève la première, j’hurle car la douleur est très forte. Mon Maître me travaille le sein de suite avec ses doigts et de la salive pour lui redonner sa forme ; la douleur en moi éveille du plaisir et je ne suis vraiment pas loin de l’extase. « Allez bâtard, me dit mon Maître le deuxième, respire fort ». C’est la première fois que je garde des pinces sur mes tétons si longtemps. A la souffrance que la première m’avait procurée, je suis presque impatient que la deuxième me soit enlevée ! L’excitation me fait respirer rapidement. Mon Maître me rappelle à l’ordre « respire doucement » puis il retire la pince, la douleur m’envahit mais l’extase aussi, je ressens la douleur mais c’est un vrai plaisir qui s’abat sur moi pendant que mon Maître me travaille les tétons pour leur redonner leur forme originale. « C’est un vrai maso ! » lâche Monsieur à mon Maître.

 

Dogtraining :

« On va faire une pause » me dit mon Maître. Je me relève, mais celui ci me tend des genouillères je comprends que la pause se transformera vite en séance de dogtraining ; je crois que Mon Maître prend goût à ce trip là. Et moi aussi !!!

Pendant que je m’équipe, mon Maître et Monsieur sont sortis de la pièce. Je me remets à quatre pattes sur mon tapis et je commence à tourner autour pour trouver la bonne place comme le fait un chien ; je tourne mon cul vers la porte et j’attends sur mon tapis…

A suivre!!!!

2 commentaires à “Le vrai visage de mon Maître”


  1. 0 Adonis 16 déc 2012 à 22 h 07 min

    Cher Tom tu as de la chance d avoir un maître pour te dresser et te corriger pour faire de toi un bon et vrai bâtard !!!!
    Rien de tel qu’une bonne correction pour avoir les fesses bien rougies et en ressentir la chaleur et l’ardeur du maître même bien après la dite correction .,,

    Répondre

  2. 1 Adonis 16 déc 2012 à 22 h 25 min

    Je kifferais me faire travailler les tétons par ton maître
    Je suis comme toi un bâtard qui joui du téton
    Quel bonheur de ressentir le frottement de la chemise sur des tétons violacés de douleurs ….
    Adonis le bâtard qui vous admire

    Répondre

Laisser un commentaire


vu


Kathleen's Diary |
Les Québécoises |
LE MEILLEUR GARAGE A BITES-... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LADY SONIA love
| Deliceboys Le Plaisir Au Ma...
| Film x sexe gratuit, video ...