La Surprise

 

Dogtraining :

Je suis à quatre pattes sur mon tapis et j’attends mon Maître. Celui ci ne tarde pas à revenir avec une laisse à la main qu’il accroche à mon collier puis il me dit « viens » comme on dirait à un chien pour qu’il vous suive. A quatre pattes, je me dirige vers le salon où Monsieur est déjà installé sur le canapé. Mon Maître s’assoit et tire sur ma laisse pour attirer ma tête sur ses genoux. Il commence à me la caresser machinalement en me donnant quelques tapes dessus comme on le fait avec un chien. Mon Maître et Monsieur prennent leur dessert dans le salon (bien que j’ai la tête penchLa Surprise pb290004bis-300x167ée, j’aperçois les pâtisseries sur la table basse, elles me font envie !). Mon Maître commence à déguster son dessert, je lève la tête pour le regarder. »Tu en veux ? » me dit-il ; j’aboie pour acquiescer. Mon Maître prend alors un morceau de tarte et le tient au dessus de moi « Fais le beau » me dit il je me redresse les mains parallèles comme un chien ferait le beau. »Très bien » me dit mon Maître ; il met le morceau de pâtisserie dans le creux de sa main et me le tend, j’approche ma bouche et j’attrape le morceau de tarte, je le mange, puis mon Maître me tend ses doigts pour que je les lèche. Je remets alors ma tête sur ses genoux et il me la caresse à nouveau, puis soudain, je me redresse comme le ferait un clebs qui aurait entendu un bruit et je me tourne vers Monsieur. Mon Maître me dit d’aller le voir, je fais le tour de la table basse à quatre pattes, j’arrive à sa hauteur et pose une patte sur ses genoux. Monsieur me donne un morceau de son dessert, je le mange puis aboie pour en redemander mais mon Maître me dit de reposer ma tête sur les genoux de Monsieur, je reste un moment puis mon Maître me rappelle à ses pieds, on reste encore un moment puis il me ramène sur mon tapis dans la chambre et j’attends à nouveau.

 

Travail des seins :

Mon Maître revient, enlève ma laisse et m’ordonne de m’allonger sur le lit. Monsieur nous a rejoints et commence à titiller mes tétons. Mon Maître a même ressorti sa roulette à piques. Monsieur me branle, j’ai envie de jouir mais comme à son habitude, mon Maître m’interdit de jouir. Cependant Monsieur me branle si fort que la sève monte en moi et j’ai envie de décharger tout ce que je peux. Mon Maître passe sur mes tétons sa roulette : la douleur est immense mais le plaisir et bien plus présent à ce niveau, je dois dire que j’ai atteint un niveau d’extase que je n’ai jamais eu jusqu’alors et qui me plonge dans un plaisir immense: la douleur est importante et intense mais je suis véritablement transporté dans le plaisir de la souffrance. Mon Maître insiste sur mes tétons : j’hurle encore, je crie. La douleur me traverse le corps, tout mes muscles se contractent, je suis parcouru de plaisir, de douleur, je me tords dans tous les sens, puis la douleur s’estompe et le plaisir aussi.

 

La surprise :

Mon Maître me demande alors de m’asseoir au bord du lit : il m’attache aux poignées des menottes en cuir, me fait me lever, attache le deux menottes entre elles et suspend mes bras à un crochet en hauteur au milieu de la pièce. Mon Maître me fait reculer un peu de façon à avoir le cul bien offert. Je me demande bien ce qu’il va se passer. Soudainement, un coup claque sur mon dos : la chaleur de la douleur des lanières me fait comprendre que je viens de recevoir un coup de fouet. En même temps que je recevais ce coup, je ne pus retenir un cri.  » Tu vois ça c’est la surprise ! » me dit Mon Maître. Il passe alors devant moi et me montre le fouet en question : c’est le même que celui utilisé lors du dernier plan avec l’autre dominateur lors de notre soirée en club.

Mon Maître repasse derrière moi et les coups pleuvent de plus en plus fort, je crie, j’hurle à chaque fois que le fouet touche ma peau. Mon Maître entrecoupe les coups entre de l’effleurage qui cingle du bout des lanières qui me font gémir et des coups fermes et francs bien marqués qui me font hurler. Je reçois une salve de coups de fouet et le plaisir est encore immense : là encore j’atteints un nouveau palier, tellement je prends du plaisir à me faire fouetter. Je regrette de ne pas m’être prêté à ce jeu quand on était à Berlin avec mon Maître !

Et mon Maître redouble de vigueur et je crie encore plus, mon dos et mes fesses sont en feu, Mais mon Maître continue : je supporte de moins en moins les coups, je dis alors « Stop » et il me répond « Ah ! Quand même ! Je ne veux pas que tu dépasse tes limites ».

 

Mon Maître me défait de mon étreinte et me demande de me mettre à quatre pattes sur le lit. Alors Monsieur me saute comme une chienne : j’ai sa queue à fond dans le cul, je suis défoncé puis il me retourne et reprend de plus belle : je gémis de plaisir tellement je suis baisé à fond. Je suis donc sur le dos, rempli par la queue de Monsieur et mon Maître, lui, me titille les tétons à fond : je suis encore une fois en extase la douleur me transporte. Je gémis, je cris, la douleur fait vibrer tout mon corps. Monsieur continue ses va-et-vient et me transperce le cul de sa bite. Pendant ce temps, mon Maître redouble sur mes seins je crie à nouveau le plaisir m’envahit

Monsieur finit par jouir ; il se retire. Mon Maître saisit alors un gode, le présente sur ma rondelle et commence doucement à me l’introduire : les va-et-vient reprennent ; j’ai maintenant la totalité du gode en moi. Mon Maître accélère alors le rythme, je gémis tellement le plaisir revient ; je suis défoncé, les coups de gode sont de plus en plus rapides, limite frénétique, mais j’adore ça, être défoncé comme un bon bâtard. J’ai l’impression que je vais jouir sans même me branler. En attendant, je gémis, je frisonne de plaisir encore une fois et j’atteins un nouveau niveau d’extase qui fait tressaillir tout mon corps, ça monte en moi je peux plus me retenir tellement le plaisir est intense, je vais jouir, j’essaye de me retenir de ne pas lâcher ma sève, mais mon Maître s’applique tellement à me défoncer le cul avec son gode que je ne peux plus me contenir, je jouis sans me toucher ! Mon Maître retire doucement le gode, le gland s’approche de la sortie ; ma rondelle est assez resserrée, je sens que le passage va être difficile : le gode sort et j’ai le cul une dernière fois dilaté ; je crie de plaisir au passage du gland.

 

Mon Maître s’allonge près de moi je lui caresse les tétons puis il jouit sur moi, je suis souillé par le sperme de mon Maître, il contemple mon corps maculé de son foutre.

Je me rhabille, puis je prends congé de Mon Maître et je rentre chez moi. 

0 commentaires à “La Surprise”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


vu


Kathleen's Diary |
Les Québécoises |
LE MEILLEUR GARAGE A BITES-... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LADY SONIA love
| Deliceboys Le Plaisir Au Ma...
| Film x sexe gratuit, video ...